• EN ROUTE VERS LE PARADIS

     

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

     

    Privé de course à pied depuis presque deux mois, à cause d'une aponévrose plantaire, je n'en suis pas moins actif et ne me laisse pas abattre pour autant, alors à mon programme estival, pas mal de vélo et de la marche à pied. Ce qui m'emmène aujourd'hui à vous proposer une balade dans le somptueux massif de la sainte Baume, plus exactement dans l'ubac du massif, dans cette belle forêt protégée par les hautes falaises calcaires.

     

     

    En route pour le « paradis »

     

    Titre un peu ronflant mais c'est le nom donné à un endroit particulier tout au bout de la chaîne, vers le Bau de St Cassien, en fait une faille entre la crête et la Bau lui-même. Un relief  de rocher calcaire assez impressionnant. Départ du Plan d'Aups, au lieu dit des trois chênes (667m), direction le sentier merveilleux qui chemine au plus prêt des falaises entre 750 et 800m d'altitude. Le sommet culmine au Joug de l'Aigle à 1148m. La  forêt et  très dense et sombre, le silence est total à part quelques oiseaux. La légende dit qu'ici certains arbres auraient connus l'époque de Louis XIV. Forêt impénétrable, pleine de mystères avec ses gros blocs de rochers moussus. La flore en cette saison est un peu pauvre, mais au mois de juin j'y ai vu entre autres merveilles, un pied de Lys Martagon.  la forêt est toujours aussi magnifique. C’est que la variété des espèces qu’elle abrite ne devrait pas biologiquement parlant se trouver sous le climat et la latitude de la Provence. Des tilleuls et des hêtres aux dimensions peu communes, l’érable, l’if, le lierre et le houx à profusion, sont ici une singulière intrusion. Sans doute leur présence a-t-elle été facilitée par sa situation sur le flanc nord d’un massif au réseau hydrographique et à la pluviométrie plus importante qu’ailleurs. Une sorte de microclimat, relique d’une ultime avancée glaciaire vers la mer. Nous passons devant  la plaque à la mémoire du Docteur Joseph POUCEL ( 1888/1971)  qui fréquenta cette magnifique forêt dont il connaissait tous les secrets et en découvrit les mystères botaniques ». C'est d'ailleurs lui qui à qualifié ce chemin de « merveilleux » depuis ce nom est resté.

    La flore du Docteur Poucel en ligne

     

    La flore du Docteur Joseph Poucel est entrée dans les collections de l’Université de Provence en 1971.

    Riche de plus de 2200 planches originales peintes à l’aquarelle et accompagnées d’un petit répertoire, elle constitue un précieux document sur la végétation de la France méridionale. Certaines des plantes qu’elle recense ont d’ailleurs aujourd’hui disparu.

    L’existence de cette flore était connue des chercheurs, mais sa fragilité a longtemps imposé d’en restreindre la communication.

    Aujourd’hui numérisée par le Service Commun de Documentation de l’Université de Provence, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, la flore du Docteur Poucel est consultable en ligne. Pour les curieux c'est ici :

    http://www1.arkhenum.fr/bu_aix_poucel_flore/

     

    Nous passons devant un très vieux hêtre et à partir de là le sentier s'élève progressivement vers le Bau dont on aperçoit la falaise et ici on se demande par ou nous allons passer pour rejoindre la faille tellement cette barrière semble infranchissable, mais le sentier se faufile entre les arbres et nous arrivons à l'entrée du site, la faille se poursuit jusqu'au Bau des Glacières et pour un amateur de botanique c'est un endroit exceptionnel et je pense que j'y reviendrai au printemps, car il y a ici des espèces qu'on ne rencontre pas ailleurs. Après avoir exploré l'endroit, admiré la vue depuis le sommet du Bau, retour à l'entrée de la faille pour rejoindre par une cheminée facile le pas de l'Aï (1053m), au sommet de la crête sommitale du massif, de là on peu parcourir toute la crête par le GR9 en passant par le signal des Béguines, le Joug de l'Aigle, le col du St Pilon qui redescend vers la grotte sainte Marie-Madeleine, ou continuer vers le pic de Bertagne. Nous baladons un peu au sommet vers un point de vue qui nous permet d'apercevoir des glacières en contrebas (j'en parlerai une prochaine fois) Mais préférons redescendre par la forêt et profiter de sa fraicheur agréable.

     

     

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

     

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

    EN ROUTE VERS LE PARADIS

     

     

    « LA FOULEE VENELLOISEAVANT QUE L'OUBLI......... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :